JDD DU 28 OCTOBRE 2018

JDD surtout, pas de vagues– Monsieur le principal, Ethan, de la 3e B, m’a traitée de sale pute.
– Encore!
– Cette fois, monsieur le principal, il faudrait l’expulser quelques jours pour marquer le coup. Il a 17 ans, clairement les cours de français ne sont pas sa priorité.
– Ne sombrez pas dans le purement répressif, madame Morel, nous sommes là pour faire de l’éducatif. Je vais convoquer ses parents.
– Son père a menacé de crever les pneus de ma voiture si je continuais à persécuter son fils, il prétend que c’est ma faute si son fils est agité en cours.

– Parents séparés, père en CDD, mère au foyer, quatre enfants… Ce gamin est en souffrance, sa famille est dysfonctionnelle.
– Mais moi aussi je suis en souffrance, monsieur le principal! Ethan perturbe la classe et dérange les élèves qui ont envie de suivre. Chaque fois que je fais cours aux 3e B, j’ai la boule au ventre et je ne dors pas de la nuit.
– Faites-vous aider, madame Morel, un petit suivi psychologique pourrait vous permettre de mieux faire face à tout ça. Vous savez, depuis que j’ai été nommé principal en zone difficile, je prends du Xanax tous les matins, du Lexomil à midi, du Témesta le soir et je suis beaucoup plus zen. Il m’arrive aussi de fumer une partie du shit que je confisque, vous devriez essayer, ça aide à prendre les choses moins à cœur.

– On ne pourrait pas convoquer un conseil de discipline?
– Nous avons déjà convoqué quatre conseils de discipline cette année! J’ai des objectifs chiffrés à respecter, un de plus et ça va faire baisser mon évaluation auprès du rectorat. Si j’attire l’attention de la hiérarchie sur notre établissement, je serai mal noté, et j’ai besoin de bonnes notes pour être muté à Cahors, dans mon cher Sud-Ouest, et y finir ma carrière tranquille.
– Vous n’allez rien faire, alors?
– Mais si, le process habituel : convocation du gamin, des parents, gros yeux, menace de conseil de discipline… Mais vous, s’il vous plaît, prenez sur vous, ne vous épanchez pas auprès de vos collègues, surtout, pas de vagues.

– Le souci, c’est qu’un élève a filmé le moment où il m’a traitée de sale pute…
– Quoi?! Mais c’est ce qu’il fallait me dire en premier, madame Morel! Ça va devenir un scandale national, le ministre va être alerté. Allez vite porter plainte au commissariat! Je vous couvre, je vous soutiens, je suis derrière vous. Ce comportement inadmissible doit être sanctionné avec la plus grande fermeté! En tant que chef d’établissement, ma mission est de soutenir les enseignants pour garantir aux élèves une éducation de qualité dans un environnement serein.
– Vous m’aviez dit « surtout, pas de vagues »…
– « Pas de vagues », c’est pour les petites agressions quotidiennes habituelles, là on noie le poisson. Mais si ça a été filmé, ça va être une tempête, peut-être même un naufrage pour l’établissement : on va être submergés de questions de parents d’élèves, inondés de médias indiscrets. Sortons vite les gilets de sauvetage pour éviter un tsunami qui pourrait me faire couler à pic.

 

X