Anne Roumanoff « Aimons-nous les uns les autres »

C’est qu’elle en ramène du monde la petite dame en rouge ! et on comprend pourquoi : quelle rigolade ! - 19 août 2015 En attendant que le one-woman show commence les spectateurs commentent : « Ah elle n’a pas choisi une grande salle » « Non et c’est bien comme ça on peut bien la voir ». Effectivement, point de Bercy comme certains collègues humoristes, mais plutôt le choix de la proximité avec son public. Mes voisins surement des fans, étaient habillés en rouge.... Le décor de l’Alhambra est superbe, chic et simple. Je ne connaissais pas bien (je n’ai pas la Télé, ah ah donc point de Druker dominical pour moi) et j’ai été complètement séduite. Anne Roumanoff a beaucoup de talent. Le rire est immédiat et va durer tout le spectacle avec des pointes d’hilarité générale et même de l’émotion qui vous revient comme un boomerang en pleine face. J’ai pleuré au moment où elle explique à son enfant son désarrois face aux événements de janvier dernier. L’humoriste commence avec un sketch qui parle d’elle, de l’approche de la cinquantaine de son corps. C’est bien écrit, rythmé, surprenant et ponctué de gestes avec ses petites mains et des tas de grimaces irrésistibles. Un peu de cul, pas mal de politique, quelques lieux communs, une parodie d’une ado face à une conseillère d’orientation à hurler de rire et surtout la participation du public. Tout d’abord pour une séance de désintoxication menée par une coach canadienne. Tout le public doit penser à une personne qui pourrit sa vie et doit taper des pieds, lancer ses bras en l’air et faire une déclaration d’amour, pour « éliminer les toxines ». Puis une parodie de TV réalité avec la participation d’un homme et d’une femme dans des rôles stéréotypés et une démonstration de la manipulation par l’écran. Et là encore on se tord de rire. Il y a d’autres interactions surprenantes mais je vous laisse les découvrir par vous-même.Anne Roumanoffdévoile dans son spectacle la palette de ses talents: humoriste certes mais aussi comédienne, écrivain, chroniqueuse, coatch... Alors on est d’accord, passer une heure 30 à rigoler, ça fait du bien. Et c’est pour ça qu’il faut y aller !
X